Le ginseng est réputé depuis des millénaires pour les nombreux bienfaits qu’elle apporte à l’organisme. Adaptogène, elle n’est pas toxique et n’agit pas de manière spécifique sur le corps mais améliore de manière générale la résistance et le bien-être de l’homme.

L’histoire de la plante qui peut « tout guérir »

De son nom générique « panax » qui signifie tout guérir en grec et de ses origines chinoises « ginseng » désignant l’homme et l’essence, cette plante médicinale existe depuis plus de 4000 ans. Cette plante pousse très lentement et met des années pour mûrir.

C’est d’ailleurs pour cette raison, que dans certains spécimens peuvent coûter cher. Les origines de l’utilisation de cette plante remonte au temps des empereurs chinois. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient à l’époque bénéficier des bienfaits de cette dernière. Elle est d’ailleurs reconnue dans la médecine traditionnelle chinoise. Le ginseng nord américain n’a été introduit que bien plus tard. On lui reconnaitrait d’ailleurs des effets différents du ginseng asiatique (le yin et le yang).

Cette plante forestière contient à la fois des vitamines (B, C, E et A), des minéraux et oligoéléments (potassium, calcium, magnésium,etc.) mais également des acides aminés (lysine, leucine, arginine, etc.). Toutefois, ce sont les gingenosides renfermées dans le panax ginseng qui en font une plante aux vertus thérapeutiques.

Utilisée à la fois pour ses racines et ses radicelles, on distingue deux types de plante :

  • le ginseng blanc : la racine – d’environ 4 ans – a été nettoyée et séchée ;
  • le ginseng rouge : la racine – de 6 ans minimum – est chauffée et traitée pour une meilleure conservation des éléments actifs.

La principale différence entre ces deux types c’est le taux de principes actifs contenus. Il existe par ailleurs de nombreuses variétés : ginseng asiatique, coréen, péruvien, etc.

Les effets et les bienfaits du ginseng sur le corps

De nombreuses études cliniques et recherches ont été menées afin de déterminer l’étendu des effets de cette plante sur l’organisme. On la retrouve dans de nombreuses formes : dans sa forme naturelle, mais également en thé, en poudre, en gélule, en huile ou encore en ampoule. Et s’il est important de respecter les posologies pour ne pas avoir d’effets secondaires, la liste des bienfaits est bien longue.

Le ginseng agit sur plusieurs niveaux de l’organisme :

  • physique: il agit pour améliorer les conditions physiques (endurance, capacité de récupération). Mais il contribue également à booster une sexualité épanouie pour ceux qui le souhaitent. Les capacités aphrodisiaques de la plante permettent de lutter contre les problèmes de libido et combattre l’impuissance ;
  • interne: il est reconnu pour fortifier les fonctions cérébrales (capacité de concentration et de mémorisation). Il permet également de renforcer le système immunitaire en aidant notamment pour des problèmes de tension artérielle ou de glycémie ;
  • bien-être : il aide à réduire le stress tout en restaurant l’énergie vitale. La consommation de cette plante médicinale participe au regain de tonicité et d’énergie et réduit la sensation de fatigue.

Culture du ginseng

Le ginseng sauvage est la variété la plus riche en principe actif mais également la plus longue à cultiver pour obtenir la meilleure qualité possible de produit. Nécessitant des conditions climatiques particulières, la culture de cette plante continue aujourd’hui de respecter les normes de culture ancestrales pour garantir une production aussi proche que la version authentique impériale.

Les graines de 4 ans d’âge sont récoltées puis semées dans des pépinières aménagées spécialement pour cet usage. Après un peu plus d’une année, une sélection des plus belles plantules est effectuée. Un soin minutieux sera apporté à chaque plant (aération et coupe des pédoncules).

La récolte aura lieu au plus tôt 5 ans après la transplantation in situ. Plus la plante restera longtemps en terre et plus cela permettra une concentration des principes actifs.

La culture des ginsengs demande donc une certaine patience. Il est cependant possible de la cultiver chez soi avec de l’ombre, une terre légère et acide ainsi qu’un arrosage régulier.